Une famille de Paresseux du Papil­io­ra­ma a récem­ment ajouté un nou­veau mem­bre à la tribu. Une maman Paresseux a mis au monde son 4ème jeune, une réjouis­sante régu­lar­ité qui amène désor­mais la pop­u­la­tion de l’institution à neuf indi­vidus.

La femelle Paresseux de huit ans MIG12-29247786 (répon­dant locale­ment au nom de « Janis ») a pro­duit récem­ment son qua­trième jeune, qui porte main­tenant le numéro d’identification inter­na­tion­al TST18-00369. Les vis­i­teurs ont désor­mais de bonnes chances de pou­voir observ­er mère et enfant dans le Noc­tura­ma. La maman porte en per­ma­nence son petit sur son ven­tre, mais n’est pas peureuse pour autant. Elle approche ain­si sou­vent les vis­i­teurs. La touch­er, ou son petit, serait par con­tre une mau­vaise idée, car elle pour­rait mor­dre pour se défendre. Et les Paresseux savent fort bien mor­dre. Au Noc­tura­ma, ce sont neuf Paresseux qui se parta­gent désor­mais les dif­férents espaces qui leurs dévo­lus. Le papa du nou­veau Paresseux partage d’ailleurs son espace avec la mère et son petit. D’autres Paresseux habitent égale­ment sur l’îlot cen­tral du dôme.

Le petit paresseux est né au début de cette année 2018. Quant à savoir si c’est une fille ou un garçon, il fau­dra atten­dre encore. Si les pre­mières semaines sont cri­tiques pour la survie du bébé, il faut atten­dre qu’il quitte sa mère avant de pou­voir le manip­uler et con­naître son sexe. Les Paresseux de l’institution font tous par­tie de l’espèce des Paresseux à deux doigts, qui peu­vent attein­dre une taille de 85 cm et peser jusqu’à 8 kg. Les jeunes Paresseux restent jusqu’à 6 mois sur le ven­tre de leur mère. Le petit de Janis ne la quit­tera donc que l’été prochain.


Shipstern

Wir schützen 400 kmTropenwald in Belize.

Member of: