Une année 2019 réjouis­sante pour la Fon­da­tion Papil­io­ra­ma.

Le pro­jet d’extensions futures «Papil­io­ra­ma 2030» a bien pour­suivi sa lancée en 2019. Ain­si, ce sont plus de 8,5 mil­lions de promess­es de don qui ont été reçues par la fon­da­tion, sur un mon­tant total néces­saire de CHF 11 mil­lions. La demande de per­mis de con­stru­ire pour la pre­mière grande étape du pro­jet, à savoir l’exposition «Canopea » et l’extension du restau­rant, a été déposé le 15 octo­bre dernier auprès de la Com­mune de Kerz­ers.

La con­struc­tion de la nou­velle serre d’appoint, qui rem­place une très vieille serre datant de l’époque neuchâteloise, va bon train. Cette «nou­velle» serre, presque neuve, a été offerte au Papil­io­ra­ma et sa con­struc­tion devrait être achevée au print­emps 2020. Une par­tie du bâti­ment abrit­era une sta­tion d’élevage d’oiseaux, prin­ci­pale­ment pour assur­er la via­bil­ité des pop­u­la­tions d’oiseaux du Jun­gle Trek.

Les efforts et bons soins des soigneurs d’animaux ont égale­ment porté leurs fruits. Ain­si sont nés en 2019 des jeunes Phloeomys de Luzon, des Coen­dous, des Singes-de-nuit, des Pigeons de Nico­bar, des Toura­cos à huppe rouge, des ratons cra­biers, des Rouls-rouls, des Pacas, des Moqueurs des savanes, des Chèvres naines, des Ecureuils du Yucatan et des Paresseux didactyles.

La plu­part de ces espèces font par­tie de pro­gramme de repro­duc­tion au niveau européen voire mon­di­al. Trois d’entre eux sont gérés par la Fon­da­tion Papil­io­ra­ma. Ils ser­vent prin­ci­pale­ment à assur­er une bonne diver­sité géné­tique des pop­u­la­tions ex-situ. En par­al­lèle, ils con­tribuent à amélior­er et com­pil­er les con­nais­sances pointues en matière de soins et de repro­duc­tion, une expéri­ence qui pour­rait bien s’avérer vitale au 21ème siè­cle, durant lequel nom­bre d’espèces seront amenées à dis­paraître.

Nou­velle réjouis­sante, le Papil­io­ra­ma a pu accueil­lir en 2019 270’335 vis­i­teurs, ce qui en fait la deux­ième meilleure année dans l’histoire de l’institution, après l’année 2016. Le mois avec la plus haute fréquen­ta­tion fut avril, avec 34’500 vis­i­teurs. Une ten­dance crois­sante et réjouis­sante a pu être observée en 2019 : les vis­ites se répar­tis­sent de mieux en mieux sur l’année, ce qui fait que les pics de fréquen­ta­tion, incon­fort­a­bles pour les vis­i­teurs, sont devenus rares.

Le Papil­io­ra­ma est une insti­tu­tion d’utilité publique qui a pour but de sen­si­bilis­er le pub­lic au sort des forêts trop­i­cales et de la diver­sité naturelle en général. Pour ce faire, elle emmène ses vis­i­teurs au plus près de la nature dans ses expo­si­tions vivantes. Le Papil­io­ra­ma est aujourd’hui une insti­tu­tion recon­nue en Suisse et au-delà de ses fron­tières. Une fon­da­tion-soeur oeu­vre depuis 30 ans à la pro­tec­tion de plus de 235 km2 de forêts trop­i­cales au Belize en Amérique cen­trale, avec le con­cours et le sou­tien de ses vis­i­teurs.

Member of: