Systématique

OrdreHüh­n­ervögel
FamilleHokko­hüh­n­er (Craci­dae)
Sous-famille
Genre
ExpèceCrax rubra

Description

Le grand Hoc­co, avec ses 85 cm de long en moyenne pour un poids pou­vant attein­dre 5kg, est l’un des plus grand représen­tant de la famille des Cracidés. Il y a un dimor­phisme sex­uel mar­qué et une poly­mor­phie chez les femelles. Les mâles sont noirs avec le bas du ven­tre blanc. Ils ont une huppe de petites plumes noires et bouclées sur la tête. Le bec est beige, avec une pro­tubérance jaune vif à la base et sur le dessus. Les pattes sont gris­es. Cer­taines femelles sont brunes rougeâtres avec la tête noire, d’autres por­tent des rayures blanch­es sur presque tout le corps, d’autres enfin sont brun fon­cé aus­si avec la tête noire. Les deux pre­mières formes ont la queue rousse avec des rayures blanch­es, tan­dis que la dernière a la queue fon­cée comme le reste du plumage. Elles por­tent égale­ment toutes une huppe bouclée comme les mâles. Le bec est beige jaunâtre sans pro­tubérance, et les pattes sont blanch­es.

Biologie

Tous les Hoc­cos sont prin­ci­pale­ment des her­bi­vores qui se nour­ris­sent de fruits et de graines. Il leur arrive cepen­dant de com­pléter leur menu avec des insectes, des escar­gots et d’autres petits ani­maux. Mal­gré un mode de vie très dis­cret, le grand Hoc­co est bien con­nu des indigènes à cause de son cri haut per­ché. La journée, ces grands oiseaux restent majori­taire­ment au sol, tan­dis que la nuit ils dor­ment dans les arbres. Ils sont très bien adap­tés à la vie arbori­cole et se dépla­cent aisé­ment en courant sur les fines branch­es de la cime des arbres. Il leur arrive aus­si par­fois d’effectuer de longs tra­jets en volant. Les Grands Hoc­cos sont monogames et une fois qu’un cou­ple est for­mé, les deux parte­naires restent ensem­ble toute leur vie. Ils con­stru­isent leur nid dans les arbres ou dans les buis­sons au milieu de la forêt ou dans des four­rés. La femelle pond générale­ment deux œufs. Le cou­ple cou­ve les œufs et s’occupe à parts égales des poussins. Les deux par­ents sont très pro­tecteurs, et en cas de dan­ger, poussent de grands cris pour attir­er l’attention sur eux et per­me­t­tre à leur progéni­ture de se met­tre à l’abri.

Habitat

L’aire de répar­ti­tion du Grand Hoc­co s’étend de l’est du Mex­ique à l’ouest de la Colom­bie et au nord-ouest de l’Equateur. C’est un habi­tant des forêts trop­i­cales dens­es.

Menaces

A cause de la destruc­tion de son habi­tat et de sa chas­se exces­sive dans cer­taines régions, le Grand Hoc­co fig­ure sur la liste rouge de l’Union Inter­na­tionale pour la Con­ser­va­tion de la Nature (UICN) dans la caté­gorie « qua­si men­acé » (NT). Le Grand Hoc­co vit entre autres à Ship­stern, la réserve naturelle du Papil­io­ra­ma au Belize, en Amérique Cen­trale. À tra­vers cette réserve, et par l’élevage en Suisse, le Papil­io­ra­ma peut con­tribuer à la con­ser­va­tion de cette espèce.

Shipstern

Wir schützen 400 kmTropenwald in Belize.

Member of: