Systématique

OrdrePasser­i­formes
FamilleCorvi­dae
Sous-famille
GenreCyanoco­rax
ExpèceCyanoco­rax yncas

Description

Le Geai vert mesure env­i­ron 30 cm et pèse entre 66 et 110 g. Les plumes du dos sont vertes et bleutées vers la nuque. Le ven­tre est vert pâle jaunâtre. La queue longue et étroite est verte dessus avec le bout plus fon­cé et bleuté, tan­dis que le dessous est jaune. La gorge et la face sont noires. Les joues et les sour­cils sont bleus, et les yeux sont jaunes. Le front est orné d’une crête bleu fon­cé qui s’étend par­fois jusqu’à la calotte. Sinon, la calotte est bleu clair. Le bec est noir, court et robuste. Les pattes sont brunes- rougeâtre. Les nids des Geais verts d’Amérique Cen­trale sont sou­vent par­a­sités par le vach­er bronzé (Molothrus aeneus), un passereau de la famille des Ictéridés qui ne fab­rique pas de nid lui-même. Les Geais verts cou­veront et nour­rirons les oisil­lons du Vach­er bronzé à la place des leurs.

Biologie

C’est un oiseau omni­vore. Il se nour­rit d’invertébrés (insectes, vers), d’œufs de lézard, de fruits et de graines. C’est un oiseau diurne. Le Geai vert est un oiseau arbori­cole qui cherche sa nour­ri­t­ure en petits groupes dans les bas bran­chages ou dans le sous-bois. Le com­porte­ment social dif­fère entre les pop­u­la­tions d’Amérique Cen­trales et celles d’Amérique du Sud. En effet, les Geais verts d’Amérique Cen­trale sont soli­taires pen­dant la sai­son des amours et gré­gaires le reste du temps, tan­dis que ceux d’Amérique du sud sont très soci­aux et ce tout au long de l’année. En Colom­bie, les groupes sont con­sti­tués d’un cou­ple nicheur et d’assistants qui s’occupent de la pro­tec­tion et de la recherche de nour­ri­t­ure pour la cou­vée. La bande est très ter­ri­to­ri­ale et agres­sive envers les pré­da­teurs. Si un mem­bre du groupe est tué, les autres atta­que­ront à leur tour le pré­da­teur respon­s­able. Leur réper­toire vocal est très vaste, comme la plu­part des geais. Les Geais verts sont monogames. Ceux d’Amérique Cen­trale nichent en soli­taires, alors que ceux d’Amérique du Sud for­ment des colonies. Tous nichent dans les arbres, à quelques mètres du sol. C’est tou­jours le cou­ple nicheur qui s’occupe de la fab­ri­ca­tion du nid avec des branch­es et des racines, et une gar­ni­ture de mouss­es, de lichens et d’herbes. La femelle pond entre 3 et 5 œufs et cou­ve seule. Par con­tre, les deux par­ents s’occupent des oisil­lons. Les jeunes peu­vent vol­er et quit­ter le nid après env­i­ron trois semaines, mais sont encore nour­ris par leurs par­ents pen­dant trois semaines sup­plé­men­taires. Dans les pop­u­la­tions colom­bi­ennes, la progéni­ture reste par­fois plusieurs années avec les par­ents et les aides à élever les généra­tions suiv­antes. C. yncas peut vivre jusqu’à 25 ans. Le Geai vert présente la par­tic­u­lar­ité d’être capa­ble de par­ler et d’utiliser des out­ils pour extraire les insectes des troncs d’arbres. Les Corvidés sont d’ailleurs con­sid­érés comme étant les oiseaux les plus intel­li­gents puisque cer­tains d’entre eux ont une con­science d’eux-mêmes (pie bavarde) ou sont capa­bles de fab­ri­quer des out­ils (cor­beaux).

Habitat

L’aire de répar­ti­tion de Cyanoco­rax yncas est divisée en deux zones dis­tinctes sur le con­ti­nent améri­cain : la pre­mière zone s’étend du Sud du Texas à Hon­duras, et la deux­ième à une par­tie de l’Amérique du Sud com­prenant la Colom­bie, le Venezuela, l’Equateur, la Bolivie et le Pérou. Le Geai vert habite les forêts trop­i­cales et affec­tionne par­ti­c­ulière­ment les milieux dégagés. Il est donc fréquent en lisière de forêt ou dans les zones boisées for­mées de buis­sons et d’arbustes.

Menaces

Cette espèce appa­raît dans la caté­gorie « préoc­cu­pa­tion mineure » de la liste rouge de l’Union Inter­na­tionale pour la Con­ser­va­tion de la Nature (UICN). Le Geai vert vit entre autres à Ship­stern, la réserve naturelle du Papil­io­ra­ma au Belize, en Amérique Cen­trale. À tra­vers cette réserve, et par l’élevage en Suisse, le Papil­io­ra­ma peut con­tribuer à la con­ser­va­tion de cette espèce.

Shipstern

Wir schützen 400 kmTropenwald in Belize.

Member of: