Systématique

OrdreLep­i­doptera
FamilleNymphal­i­dae
Sous-familleCharax­i­nae
GenreCon­sul
EspèceCon­sul fabius  – Tigre à queues

Description

Le Tigre à queues a une enver­gure de 7 à 8 cm. Les ailes sont larges, avec la base orange vif et le bout noir. Les ailes antérieures sont en forme de faux et ont une large bande crème irrégulière vers l’apex. Les ailes postérieures sont margées d’une ligne de petites tach­es couleur crème, et se pro­lon­gent par une longue queue en spat­ule (une queue par aile). La face ven­trale est cryp­tique, ressem­blant à une feuille sèche (cam­ou­flage). Les antennes sont longues, noires et blanch­es. Les che­nilles sont liss­es, vert fon­cé, rougeâtres sur le dos, et avec les spir­a­cles jaunes. La tête est noire avec des rayures jaunes, et deux petites cornes en mas­sue. Les chrysalides sont vertes et liss­es, avec le cre­mas­ter (extrémité du dernier seg­ment abdom­i­nal trans­for­mé en cro­chets) noir bril­lant. Les seg­ments abdom­inaux sont com­pactés.

Biologie

C. fabius se nour­rit du jus des fruits très mûrs. Plantes hôtes sont nom­breuses espèces du genre Piper (Piper­aceae). Le Tigre à queues est act­if toute la journée. Les femelles le sont par­ti­c­ulière­ment à midi, heure à laque­lle est cherche un lieu d’oviposition. Le vol du Tigre à queues est lent et sou­ple, con­traire­ment aux autres espèces de Charax­inés. C’est sans doute pour per­me­t­tre aux pré­da­teurs de voir leurs couleurs et motifs aposé­ma­tiques (c’est-à-dire qui aver­tis­sent de leur éventuelle tox­i­c­ité). Par con­tre, s’ils sont en dan­ger, ils peu­vent vol­er très vite, comme les autres Charax­inés. Les che­nilles roulent des feuilles pour se cacher à l’intérieur lorsqu’elles ne sont pas en train de se nour­rir. La col­oration vive du Tigre à queues est un mimétisme d’espèces tox­iques appar­tenant au groupe des « papil­lons tigres », comme celles du genre Heli­co­nius. Cela lui sert à mon­tr­er aux éventuels pré­da­teurs qu’il est tox­ique. Cepen­dant, il n’y a pour l’instant aucune preuve de la tox­i­c­ité réelle de ce papil­lon. Le genre Con­sul est le seul des Charax­inés à avoir des espèces mimé­tiques.

Habitat

L’aire de répar­ti­tion du Con­sul fabius s’étend du Mex­ique au bassin de l’Amazone. On ren­con­tre ce papil­lon autant dans les forêts pri­maires que sec­ondaires sur les deux côtes (Atlan­tique et Paci­fique) jusqu’à 1200m d’altitude. Il est fréquent dans les zones ensoleil­lées comme la canopée, la lisière de forêt ou le long des rives et des lagons.

Menaces

Non défi­ni.

Shipstern

Wir schützen 400 kmTropenwald in Belize.

Member of: