Systématique

Ordre:Lep­i­doptera
Famille:Pieri­dae
Sous-famille:Col­iad­i­nae
Genre:Anteos
Espèce:Anteos clorinde – le cit­ron voltigeant

Description

Le Cit­ron Voltigeant a une enver­gure de 7 à 9 cm. Les ailes sont plus ou moins car­rées, surtout les postérieures. Ce papil­lon est blanc verdâtre avec une large tache jaune sur le haut des ailes antérieures, et une petite tache cir­cu­laire som­bre sur chaque aile. Cer­taines femelles n’ont pas de tach­es jaunes. Le dessous des ailes présente une col­oration cryp­tique, vert chou avec les nervures sail­lantes jaunâtres. Lorsqu’il a les ailes fer­mées, ce papil­lon ressem­ble à une feuille. Les mâles, comme tous les papil­lons de la famille des Piérides, pos­sè­dent des motifs qui réfléchissent les UV, les ren­dant bril­lants lorsqu’ils sont exposés à ce type de lumière. Ain­si, si à l’œil nu mâle et femelle peu­vent appa­raître iden­tiques, ils se révè­lent en fait générale­ment forte­ment dimor­phiques une fois exposés aux UV. Les antennes sont cour­tes et mas­sives.

Les chrysalides sont vertes avec une ligne blanche sur le côté de l’abdomen et une bosse dor­sale proémi­nente.

Les che­nilles du genre Anteos présen­tent la par­tic­u­lar­ité d’être poly­mor­phiques. La forme adop­tée dépend du lieu d’oviposition: sur les jeunes feuilles, les che­nilles seront vert pâle; sur les vieilles feuilles, elles seront brunes avec de petites tach­es jaunes sur le dos, une ligne latérale jaune crème allant de la tête à l’anus, et la tête verte avec de courts poils; enfin, sur les fleurs, les che­nilles seront entière­ment jaunes.

Biologie

Plante(s) hôte(s) est cas­sia emar­gina­ta (Cae­salpinaceae).

A. clorinde se nour­rit du nec­tar de fleurs de Mal­vavis­cus, d’Hibis­cus, deCom­bre­tum, de Lan­tana, et de fleurs rouges en général.

Le Cit­ron Voltigeant est diurne, et par­ti­c­ulière­ment act­if quand le soleil est haut dans le ciel. C’est un papil­lon migra­teur comme tous les Piérides. Pour cela, son vol est puis­sant et rapi­de. Les mâles fréquentent les plans d’eau boueux (rivages, flaques, etc.) pour absorber des sels minéraux.

Le Cit­ron Voltigeant, comme bon nom­bre de Piérides, est indi­geste pour les éventuels pré­da­teurs. Cela vient sans doute des plantes-hôtes dont se nour­ris­sent les che­nilles. En effet, ces plantes con­ti­en­nent des sub­stances tox­iques qui sont accu­mulées par les che­nilles, les ren­dant à leur tour tox­iques, et trans­mis­es à la forme adulte (le papil­lon).

Habitat

L’aire de répar­ti­tion d’Anteos clorinde s’étend du Mex­ique au Paraguay. Le Cit­ron voltigeant se ren­con­tre jusqu’à 1000m d’altitude sur la côte Paci­fique, et cer­taines années sur la côte Atlan­tique égale­ment. Il colonise les milieux ouverts, les fleurs de jardin, ou vol au-dessus de la canopée et des riv­ières.

Menaces

Anteos clorinde n’est pas men­acé

Shipstern

Wir schützen 400 kmTropenwald in Belize.

Member of: