Le pro­jet “Papil­io­ra­ma 2030”, englobant de nou­velles infra­struc­tures d’un mon­tant total de CHF 11 mil­lions qui seront bien­tôt érigées sur le site de Kerz­ers, vise à assur­er un avenir promet­teur au Papil­io­ra­ma: un bâti­ment “Canopea” com­prenant de nou­velles expo­si­tions et des locaux poly­va­lents, une exten­sion des jardins extérieurs sur le thème de la nature dans le Pays des Trois Lacs, de même que divers­es réno­va­tions assur­ant une meilleure acces­si­bil­ité aux per­son­nes à mobil­ité réduite. L’amélioration de l’empreinte énergé­tique du site ne sera pas nég­ligée. Hans Stöck­li, prési­dent de l’Association ProPa­pil­io­ra­ma et Con­seiller aux Etats, Michel Pit­tet, prési­dent du Con­seil de la Fon­da­tion Papil­io­ra­ma et Cas­par Bijleveld, directeur, ont remis aujourd’hui à la Com­mune de Kerz­ers la demande de per­mis de con­stru­ire pour la pre­mière étape, le bâti­ment “Canopea”.

Cette étape a été ren­due pos­si­ble grâce à plus de CHF 8 mil­lions de dons qui ont été récoltés pour le pro­jet en l’espace d’une année. Le Con­seiller aux Etats Hans Stöck­li, prési­dent de l’association “ProPa­pil­io­ra­ma”, se réjouit du suc­cès de la cam­pagne de col­lecte de fonds : “L’importance du Papil­io­ra­ma et son rôle dans notre société a été recon­nu et récom­pen­sé par des dons généreux et nous allons redou­bler d’efforts pour que les quelque CHF 3 mil­lions qui man­quent encore puis­sent égale­ment être réu­nis rapi­de­ment ». Il pré­cise encore que « l’ensemble des nou­veaux pro­jets doivent être réal­isés pour assur­er une solide péren­nité au Papil­io­ra­ma”.

Michel Pit­tet, Prési­dent de la Fon­da­tion Papil­io­ra­ma, souligne l’importance de l’institution : ” Il devient de plus en plus impor­tant de faire con­naître la bio­di­ver­sité et de sen­si­bilis­er le pub­lic à son sort et à sa pro­tec­tion. En par­ti­c­uli­er, la faune et la flo­re de la région des Trois Lacs, tout autant men­acées que celles des zones trop­i­cales, méri­tent d’être présen­tées plus en détails».

Cas­par Bijleveld, directeur du Papil­io­ra­ma : “Le pro­jet Papil­io­ra­ma 2030 est un pro­jet qui nous tient par­ti­c­ulière­ment à cœur. Par étapes, des amélio­ra­tions seront apportées à l’infrastructure, en par­ti­c­uli­er de nou­velles expo­si­tions telles que Canopea, qui présen­tera le monde secret de la couronne des arbres, l’Amphibarium, une sta­tion d’élevage de papil­lons, ain­si qu’une grande expo­si­tion dans les jardins extérieurs, un véri­ta­ble voy­age au tra­vers des pro­fondeurs des eaux du See­land, avec un aperçu de la flo­re et de la faune du Grand Marais avant la cor­rec­tion des eaux.

Papil­io­ra­ma 2030” – Le Papil­io­ra­ma est aujourd’hui une insti­tu­tion recon­nue en Suisse, et même à l’étranger. Les infra­struc­tures exis­tantes dévelop­pées depuis 2003 ont néces­sité un investisse­ment de l’ordre de CHF 13 mil­lions. Une somme rel­a­tive­ment mod­este, qui a été pro­gres­sive­ment récoltée sous forme de prêts et de dons. L’expansion du Papil­io­ra­ma a été ren­due pos­si­ble jusqu’ici surtout grâce à la ténac­ité de son équipe : des employés pas­sion­nés qui ont acquis au fil des ans un grand savoir-faire dans la con­cep­tion et la réal­i­sa­tion d’expositions. Le pro­jet « Papil­io­ra­ma 2030 » per­me­t­tra à la Fon­da­tion de con­tin­uer à trans­met­tre son mes­sage sur la beauté de la nature et la néces­sité de la pro­téger à ses 250’000 vis­i­teurs annuels, dont 100’000 enfants et ado­les­cents.

Canopea” – La canopée est un terme désig­nant l’ensemble des cimes d’arbre dans une forêt trop­i­cale, où vivent une mul­ti­tude de plantes pous­sant sur d’autres, en de véri­ta­bles jardins sus­pendus. L’exposition aura lieu dans le nou­veau bâti­ment mul­ti­fonc­tion­nel entière­ment acces­si­ble en fau­teuil roulant, au-dessus du restau­rant, des salles poly­va­lentes et du nou­v­el Amphibar­i­um. Un pont sus­pendu emmèn­era les vis­i­teurs en balade par­mi les couronnes d’arbres géants, où s’ébattront aus­si des oiseaux chanteurs insec­ti­vores d’Asie du Sud-Est, dont plusieurs espèces men­acées d’extinction.


Shipstern

Wir schützen 400 kmTropenwald in Belize.

Member of: