Des prairies fleuries, des biotopes pleins de vie, des abeilles sauvages qui chantent font depuis longtemps par­tie de l’expérience du vis­i­teur sur l’espace extérieur “Wild See­land” de la Fon­da­tion Papil­io­ra­ma. Les Cis­tudes d’Europe peu­vent égale­ment y être observées. Ce que peu de vis­i­teurs savent, c’est que le Papil­io­ra­ma, avec un éle­vage en couliss­es, est impliqué de manière sig­ni­fica­tive dans un pro­jet de réin­tro­duc­tion de ces tortues indigènes et men­acées en Suisse.

La Cis­tude d’Europe (Emys orbic­u­laris orbic­u­laris) était autre­fois large­ment répan­due en Suisse et est main­tenant con­sid­érée comme men­acée d’extinction. Comme pour tant d’espèces, la rai­son prin­ci­pale est la destruc­tion de son habi­tat. La pop­u­la­tion Suisse la plus nom­breuse vit dans la réserve du Moulin-de-Vert, près de Genève. Mal­heureuse­ment, il ne s’agit pas d’animaux avec un hap­lo­type IIa typ­ique du nord de la Suisse.

Un pro­jet de réin­tro­duc­tion de la Cis­tude d’Europe avec la par­tic­i­pa­tion du Karch (Cen­tre Suisse de coor­di­na­tion pour la pro­tec­tion des amphi­bi­ens et des rep­tiles en Suisse), du Cen­tre de Pro­tec­tion et Récupéra­tion des Tortues, de l’Association Swis­sE­mys et de ZooSchweiz vise à réin­staller cette espèce indigène autre­fois répan­due dans dif­férentes régions de la Suisse. La Fon­da­tion Papil­io­ra­ma joue un rôle impor­tant dans la pro­duc­tion de jeunes Cis­tudes à réin­tro­duire dans la nature.

Dans les couliss­es du Papil­io­ra­ma se trou­vent cinq bassins de repro­duc­tion, cha­cun con­tenant un mâle avec deux ou trois femelles. Depuis 2017, un total de 39 petites tortues en bonne san­té ont été élevées, elles pour­ront un jour être réin­tro­duites. Pour que les jeunes Emys puis­sent être réin­tro­duites dans la nature, il nous faut leur implanter un émet­teur afin de les iden­ti­fi­er. Pour cela, les jeunes doivent attein­dre un poids d’environ 100g. Les ani­maux atteignent générale­ment ce poids à l’âge d’environ 5 ans.

Entre-temps, les pre­mières réin­tro­duc­tions avec des ani­maux de l’association Swis­sE­my ont eu lieu. Ici aus­si, le Papil­io­ra­ma a joué un rôle impor­tant. Avant la réin­tro­duc­tion, les ani­maux vivaient tem­po­raire­ment dans la sta­tion d’élevage du Papil­io­ra­ma. où ils ont été pourvu d’un émet­teur et où on leur a prélevé du sang.

Jusqu’à présent, 66 Cis­tudes d’Europe ont été relâchées dans des habi­tats appro­priés dans les régions de Neuchâ­tel et de Genève.

La Fon­da­tion Papil­io­ra­ma est fière de pou­voir apporter, à tra­vers la par­tic­i­pa­tion à ce pro­jet, une fois de plus une con­tri­bu­tion con­crète à la pro­tec­tion des espèces.

Shipstern

Wir schützen 400 kmTropenwald in Belize.

Member of: